Paco qui es-tu?

Publié le par Clement


Paco tu n'es pas Rabanne, Nostradamus de notre ère.
Paco tu n'es pas Ibáñez,chanteur espagnol engagé et libertaire né à Valencia (Arriba Valencia).
Paco tu n'es pas le diminutif de Francisco en espagnol.
Mais Paco, dis moi, qui es-tu ?

Une plaie, un malheur qui touche l'Argentine. Tu détruis ceux qui te touchent. 
Tu crées une dépendance quasi immediate et tu finis par tuer.
Vous m'avez bien compris, Paco n'est pas notre gentil voisin espagnol d'à coté, mais une drogue qui tue des milliers de jeunes et moins jeunes Argentins.

Depuis la crise, cette drogue, que les Argentins appellent “paco”, connaît une consommation exponentielle. Les plus touchés sont les adolescents des quartiers pauvres, mais aussi les enfants (Courrier International)

Produit résiduel issu de la fabrication de la cocaïne, il est récupéré au fond des récipients. Il tue également sous le nom de crack et est consommé dans les quartiers défavorisés de Buenos Aires car son prix est modique. 
Une cigarette de Paco s'achète 1 pesos (moins cher qu'un café) et l'effet est immédiat bien que de courte durée.
Le manque s installe deja et pousse le consommateur a en fumer une autre.
Le Paco est consommé par des adultes, des adolescents mais également par des enfants dont certains n'ont même pas dix ans. Ils échappent ainsi quelques secondes à la misère qui est la leur, les obligeant à travailler dans la rue en vendant des stickers ou en faisant cartoneros (ramasseur de cartons, la nuit dans Bs As).

Pour beaucoup de familles qui vivent avec moins de 400 pesos par mois (100 euros) parfois 200, cette subsistance seule ne peux pas suffire pour se payer son shoot. Il faut donc voler (d'où une augmentation de la violence avec meurtre pour des sommes dérisoires), vendre ses vêtements, se prostituer.
La consommation a augmenté de 200 % en quatre ans.

“Les pauvres se droguent parce qu’ils ont l’estomac vide, et les riches parce qu’ils ont l’âme vide”, commente le Dr Nadra. (extrait du Courrier International)

Les chiffres non officiels font état d'un nombre de consommateurs situé entre 30 000 et 70 000.

Récemment à la paroisse, est passé un jeune visiblement complètement shooté au Paco. Fédé est sorti voir s´il allait bien, essayer de discuter un peu avec lui, lui portant un peu d'attention. 

En accion (l'association de la paroisse) propose des discussions sur ce sujet avec les habitants du quartier. Mais surtout par ces actions, En accion essaye d'éloigner les jeunes de cette tentation, leur proposant foot, handball, et autres activités.

En cela on ne peut être qu´admiratif des gens qui travaillent ici, bénévoles pour beaucoup, pour aider des gens que le destin n'a pas forcément beaucoup gâtés.

Publié dans experiment

Commenter cet article

Audrey 07/07/2007 10:50

Très bel article. Merci de nous montrer aussi les choses moins "jolies" que tu peux voir. Quel fléau la drogue.